Share |

mots-clés

expositions

photographie documentaire

articles connexes

art documentaire ?

autochrome A1807

ceux qui aiment les lundi

Ensembles, Hortense Soichet

höfer

looking at atget

paysages extranaturels ?

quelles vies !

robert adams, l’endroit où nous vivons.

S.O.S. Save Our Souls

ponte city
2 février 2014, par b-sider

AUTOPSIE D’UN RÊVE ARCHITECTURAL EN AFRIQUE DU SUD
(1975-2013)
MIKHAEL SUBOTZKY & PATRICK WATERHOUSE
Exposition au BAL jusqu’au 20 avril 2014.

De la commande de la Commission des Monuments Historiques en 1851 qui souhaitait " recueillir des dessins photographiques d’un certain nombre d’édifices historiques" à l’utilisation de photographies d’anonymes par Christian Boltanski en passant par la série de portraits dans l’Allemagne des années 30 d’August Sanders, la photographie classe, inventorie, archive. Cette fonction sociale du document ne s’est vue attribuer une qualité esthétique qu’à partir des années 20 et 30 mais surtout dans les années 60 lorsque l’art conceptuel s’est emparé de la prétendue objectivité de la photographie documentaire.

La récolte de photographies de Mikhael Subotzky et Patrick Waterhouse réalisé entre 2008 à 2013 est une manière sensible de réunir l’ensemble des interprétations possibles du document photographique sur un sujet. Symbole de la prospérité de Johannesbourg au temps de l’apartheid et de la domination blanche, puis de l’effondrement du centre-ville dans les années 90 et enfin du renouveau multi-ethnique en ce début de XXIe siècle, la tour de Ponte City incarne depuis 1975 les aspirations et failles de la société sud-africaine. Mikhael Subotzky et Patrick Waterhouse ont accumulé les photographies des habitants, des lieux, les publicités et les photographies abandonnées par les occupants passés par là.

« (.) Nous avons pénétré dans chaque pièce, l’une après l’autre. Le sol était jonché des restes d’effets personnels, de photographies déchirées et autres papiers épars. Nous avons sillonné les couloirs, parcouru des étages entiers d’appartements vides. Puis, soudain, on pouvait entendre des enfants crier, percevoir l’odeur d’une friture de poisson, saisir des voix furtives ou le bruit de l’écoulement d’eau dans les canalisations. Mais ces ombres s’évanouissaient aussi vite qu’elles étaient apparues. »

en savoir + LE BAL
6, Impasse de la Défense 75018 Paris
Métro : Place de Clichy lignes 2 et 13
01 44 70 75 50
www.le-bal.fr

HORAIRES D’OUVERTURE
Mercredi au vendredi 12H-20H, nocturne le jeudi jusqu’à 22H, samedi 11H-20H, dimanche 11H-19H.
5 euros Tarif plein - 4 euros Tarif réduit.

L’exposition est réalisée en collaboration avec la Goodman Gallery, Cape Town et Magnum Photos et elle est co-produite avec le FOMU à Anvers. Le projet Ponte City a reçu le prix de la découverte des Rencontres Internationales d’Arles en 2011. L’exposition est accompagnée d’un livre, PONTE CITY, édité par Steidl.

« CERTAINS DE CES RÉCITS SONT BIEN RÉELS, POURTANT, LA NOTORIÉTÉ DE LA TOUR AMPLIFIE TOUTES LES PROJECTIONS ET LA MALÉDICTION DE PONTE CITY EST AUSSI FICTIVE QUE L’UTOPIE QUI LUI A DONNÉ NAISSANCE »